Question orale de Stéphane Hazée, député wallon à Jean-Claude Marcourt, Ministre de l’Economie
sur l’étude prospective sur le secteur du verre en Wallonie, et en Basse Sambre en particulier

Monsieur le Ministre,

Dans le contexte difficile du non renouvellement d’un des 4 fours d’AGC à Moustier-s-Sambre et de l’annonce de la fermeture de l’entreprise Techniver à Mornimont, nous avons échangé ensemble de l’avenir du secteur du verre en Basse Sambre lors des séances de commission du 24 avril et du 3 juillet 2012.

Dans ce cadre, vous avez évoqué, puis confirmé le lancement d’une étude prospective sur le secteur du verre en Wallonie, et en Basse Sambre en particulier. Une réflexion structurée et prospective sur l’avenir du verre apparaît en effet bienvenue pour consolider le secteur, anticiper les évolutions à venir et poser les conditions de succès pour lui garantir un avenir.

Vous aviez évoqué un travail en deux phases : d’une part la réalisation d’une étude en profondeur sur le moyen terme du secteur, confiée à la SOGEPA ; d’autre part et ensuite, la constitution d’une équipe d’experts, avec une association des organisations représentatives des travailleurs, des autorités locales, d’experts du Secteur, et des outils de soutien au développement économique.

Quatre mois plus tard, je souhaitais vous donner l’occasion de dresser l’état d’avancement de cette réflexion.

Cette étude prospective est d’autant plus importante que les récentes fermetures annoncées d’entreprises dans plusieurs secteurs industriels pourraient aussi ne pas être sans conséquence. Ainsi, les travailleurs de Sekurit à Auvelais sont dans l’expectative suite au séisme de Ford Genk dès lors qu’ils escomptaient pouvoir fabriquer les pare-brises de la Mondeo.

Monsieur le Ministre,

  • L’étude de la SOGEPA est-elle en voie de finalisation ?
  • Le groupe d’experts est-il sur pied ?
  • Etes-vous déjà informé de certains des éléments de cette étude prospective ?
  • Quelles sont les perspectives les plus significatives de développement pour le secteur ?
  • Quelles sont les initiatives que la Wallonie et ses outils économiques peuvent prendre pour soutenir ces perspectives ?

Etes-vous par ailleurs informé d’éléments d’actualité quant aux perspectives de court terme des entreprises de ce secteur, et quant aux éventuels dommages produits par des restructurations au sein d’autres secteurs ?

Je vous remercie.

Stéphane Hazée.

Share This