Claudio PESCAROLLO : 0494 / 908 732 ecolosambreville@yahoo.com

1. Jean-Luc Révelard, 59 ans, Falisolle

 

Nous vous avions déjà présenté nos 9 priorités en janvier. Lors de nos rencontres citoyennes et de nos groupes de travail, certaines propositions ont été améliorées pour rencontrer au mieux les

préoccupations de nos concitoyens.

A quelques mois du scrutin communal de 2018 l’équipe d’ECOLO-Sambreville vous présente 4 grands projets qu’elle entends mener à bien si les sambrevilloises et sambrevillois leur en donnent l’opportunité au travers de leurs votes.

 

29. Claudio Pescarollo, 59 ans, Arsimont

2. Stéphanie Rota, 34 ans, Arsimont

 

Gouvernance :

 

 

 

 

Bla bla blablabla bla. Bla bla bla bla bla?

-Blabla. blablabla.

Bla bla bla blaaaa.

Bla bla blablabla bla. Bla bla bla bla bla?

-Blabla. blablabla.

Bla bla bla blaaaa.

Bla bla blablabla bla. Bla bla bla bla bla?

-Blabla. blablabla.

Bla bla bla blaaaa.

4. Jeannine Pawlak, 60 ans, Auvelais 2

4. Jeannine Pawlak, 60 ans, Auvelais

3. Benoit Denis, 44 ans, Velaine

Commerce Local (halles)

 

 

 

 

 

Bla bla blablabla bla. Bla bla bla bla bla?

-Blabla. blablabla.

Bla bla bla blaaaa.

Bla bla blablabla bla. Bla bla bla bla bla?

-Blabla. blablabla.

Bla bla bla blaaaa.

Bla bla blablabla bla. Bla bla bla bla bla?

-Blabla. blablabla.

Bla bla bla blaaaa.

5. Émile Lesur, 69 ans, Auvelais

6. Cécile Op de Beek, 45 ans, Tamines

Zone zéro chômeurs

 

 

 

 

Bla bla blablabla bla. Bla bla bla bla bla?

-Blabla. blablabla.

Bla bla bla blaaaa.

Bla bla blablabla bla. Bla bla bla bla bla?

-Blabla. blablabla.

Bla bla bla blaaaa.

Bla bla blablabla bla. Bla bla bla bla bla?

-Blabla. blablabla.

Bla bla bla blaaaa.

 

28. Antonietta Fatone, 54 ans, Arsimont

7. Jean De Dycker, 64 ans, Falisolle

Mobilité : Priorité à la mobilité douce

 

 

 

 

Trop rapide dans les villages périphériques, engorgée dans et aux accès des centres-villes, la circulation est un problème constant à Sambreville.

Bien que le problème de l’insécurité routière soit connu à Sambreville depuis au moins 2002, beaucoup de citoyens nous rapportent que la situation ne s’est guère améliorée et que le sentiment d’insécurité routière est toujours présent.

En cause, le flux très important de voitures dont une trop grande partie ne fait que traverser Sambreville sans s’y arrêter, que ce soit pour les commerces, pour les écoles ou les services, ainsi que les vitesses excessives dans des rues qui n’y sont pas adaptées.

Pour des raisons d’économies, environnementales ou d’amélioration de la qualité de vie, beaucoup de sambrevillois et sambrevilloises aimeraient laisser leur voiture au garage et utiliser le vélo (électrique ou pas) ou la marche pour certains déplacements à l’intérieur de Sambreville.

Or, la mobilité douce est le parent pauvre de la politique communale en matière de mobilité. La vitesse des automobiles, la place qui est réservée aux usagers faibles sur nos voiries et l’état des routes et sentiers dans nos villages n’incitent pas à se déplacer en vélo.

Il est temps de rendre la route plus praticable et plus sûre pour les plus fragiles : les enfants qui se rendent à l’école en vélo, les personnes à mobilité réduites ou tout citoyen qui voudrait se déplacer sans sa voiture au sein de l’entité.

ECOLO-Sambreville propose la sécurisation d’un axe Moignelée-Tamines-Auvelais en se basant sur le RAVEL existant. La création d’une passerelle cyclable traversant la Sambre à la hauteur de la rue sous la ville pour rejoindre le RAVEL parallèle à la rue de l’abattoir permettra aux usagers faibles d’éviter d’emprunter le pont de la rue de la station qui est une zone particulièrement dangereuse.
La liaison avec le centre d’Auvelais sera rendue possible en reliant la rue de la Grippelotte au Ravel par un chemin cyclable.

En complémentarité, la mobilité dans les quartiers sera repensée avec les habitants de façon à sécuriser les déplacements doux, tout en laissant de la place au parking pour les riverains et les commerces. Quelles que soient les pistes de réflexions qui ressortiront des groupes de concertation avec les habitants, cette sécurisation passera par un aménagement des voiries encore en bon état, et par une remise en état des voiries dégradées avec une attention particulière à la mobilité douce et en fonction des réalités spécifiques, quartier par quartier.

Les quartiers où les routes sont particulièrement délabrées seront traités en priorité en même temps que les zones donnant directement accès à l’axe RAVEL.

Pour permettre une continuité entre ces différents quartiers, la traversée des routes régionales seront sécurisées.

Notre commune est très riche en sentiers. Nous devons aussi exploiter ce potentiel et ceux-ci devront être rendus praticables et entretenus régulièrement pour permettre aux cyclistes, aux personnes à mobilité réduite, ainsi qu’aux promeneurs, aux familles de les emprunter.

Par ces mesures, ECOLO-Sambreville entend créer un réseau « Mobilité Douce » qui permettra tous les déplacements intra-Sambrevillois de manière douce, que ce soit pour se rendre à l’école, dans les commerces de proximité, rendre visite à des amis ou simplement pour se promener.

ECOLO-Sambreville entend aussi installer des stations de vélo et de voitures partagées situées dans un premier temps aux abords de nos gares ainsi que des parkings pour vélo sécurisés et des bornes de rechargement pour les vélos électriques.

Soyons ambitieux et à l’instar de Namur, ou une échevinne ECOLO est en charge de la mobilité, quadruplons le nombre de cyclistes à Sambreville. Désengorgeons et sécurisons ainsi notre réseau routier.

Share This