Claudio PESCAROLLO : 0494 / 908 732 ecolosambreville@yahoo.com

Ce 26 février 2021, se tiendra le Conseil Communal mensuel.
Comme à son habitude, ECOLO-Sambreville par l’intermédiaire de ses conseillères et conseiller relayera vos préoccupations sous forme de questions adressées publiquement au Collège.

La première portera sur la situation préoccupante des accueillantes d’enfants et les crèches suite à la décision du BEP de refuser les langes dans les déchets organiques, ainsi que le suivi donné par le collège et en particulier Madame Daffe suite à sa promesse du 26 octobre dernier d’initier une plate-forme petite enfance avec l’ensemble des partenaires locaux qui à ce stade, semble être resté au stade de promesse, malgré l’urgence.

La deuxième concernera les fonds FEDER, en particulier la position de la Commune de Sambreville dans la démarche d’appel à projet.

Pour rappel, le Fonds européen de développement régional (FEDER) a pour vocation de renforcer la cohésion économique et sociale dans l’Union européenne en corrigeant les déséquilibres entre ses régions.
Il s’agit donc d’un coup de pouce financier potentiel à ne pas négliger.

Vous trouverez ci-dessous les questions dans leur intégralité.

En cliquant sur les photos, vous serez redirigés respectivement vers la page l’auteur de la photo du bébé Pexels (Pixabay) et le site de la Commission Européenne pour des explications complémentaires concernant les fonds FEDER.

Nous vous tiendrons bien entendu informés par le biais de nos réseaux, des réponses que nous auront donné le Collège Communal Échevins et Bourgmestre).

1° Situation des accueillantes et des structures d’accueil

Lors du conseil communal du 26 octobre, je posais une question relative à la situation qu’allaient subir les accueillantes d’enfants et les crèches suite à la décision du BEP de refuser les langes dans les déchets organiques et l’obligation pour elles de les jeter dans les poubelles à puces.

ECOLO demandait qu’une attention et une aide particulière soit apportée à cette problématique, comme elle l’avait d’ailleurs été précédemment par l’octroi d’un conteneur gratuit.

Comme vous le savez,  les travailleuses très majoritaires dans ce secteur dit « essentiel » ne sont pas suffisamment reconnues ni pécuniairement ni statutairement (quand celui-ci existe).  La charge de travail et la faible rémunération entraîne bien souvent le découragement et parfois le renoncement.  Or, au-delà de la crise sanitaire qui a aussi frappé durement ce secteur, l’encadrement et l’accueil des jeunes enfants est fondamental dans une société soucieuse de l’égalité des chances et des genres.

Par ailleurs, il faut également souligner que sans les accueillantes, l’accueil des enfants en bas âge serait encore plus largement insuffisant et difficilement finançable par la collectivité.

 

Le 26 octobre, dans sa réponse, l’échevine me répondait notamment, je cite deux extraits :

  • «  Concernant les structures professionnelles, un travail d’analyse des réels impacts et besoins doit s’effectuer avant de pouvoir envisager un quelconque soutien. Il est en effet plus facile d’estimer la consommation de langes pour une famille que pour les structures qui sont de tailles différentes, accueillent un nombre d’enfants différents, à des rythmes différents…

                Je prends néanmoins acte de votre proposition à court terme et nous restons par ailleurs  également attentifs au développement du dossier au niveau régional pour des solutions pérennes. Et la moindre charge supplémentaire ne fait qu’accentuer le problème ».

 

  • « Pour apporter une réponse concertée, cohérente et représentative des besoins du public, la première solution dégagée de ces échanges sera d’initier une plateforme petite enfance avec l’ensemble des partenaires locaux (IDEF, GABS, ONE, etc). Le PCS se chargeant – au vu de ses missions – de la coordination de cette plateforme au sein de laquelle des actions partenariales seraient co-construites ».

 

Les différents contacts pris montrent que concrètement le stade des déclarations n’a pas encore été dépassé alors que les effets de l’interdiction sont devenus effectifs depuis le 1er janvier.

ECOLO se permet donc de réitérer sa demande de soutien à ce secteur « essentiel » et plus particulièrement aux travailleuses qui se dévouent quotidiennement pour le bien-être des plus petits tout en permettant l’épanouissement professionnel de leurs parents.

2° Programmation FEDER 2021-2027

Tous les sept ans, l’Union européenne révise la stratégie d’attribution des fonds européens pour répondre aux enjeux des territoires et des populations et aux nouveaux défis de l’Union européenne.  La programmation FEDER 2021-2027 a pour objectif  de  permettre aux régions et aux personnes de faire face aux conséquences sociales, économiques et environnementales de la transition vers une économie neutre pour le climat:

Elle est concentrée sur 5 thèmes :

  • Une Europe plus intelligente et plus compétitive
  • Une Europe plus verte et à zéro émission de carbone
  • Une Europe plus connectée
  • Une Europe plus sociale et inclusive
  • Une Europe plus proche du citoyen

Sachant que les projets doivent être présentés très bientôt. Je voulais savoir où en était la réflexion au niveau de Sambreville

  • la commune va-t-elle participer à l’appel d’offres ?
  • Si oui, les demandes sont-elles abouties  et peut-on en prendre connaissance ?
Share This