Au cours des dernières années et des derniers mois, la Wallonie a été secouée par de nombreuses restructurations impliquant des licenciements collectifs (ArcelorMittal bien sûr, mais aussi ABInbev, Cartomills, Carrefour, Dexia, …). Notre région namuroise n’a pas été épargnée par ce mouvement de fond (Saint-Gobain, AGC, Techniver, Alcatel-Lucent, Kraft, Briqueterie de Wanlin, …).

Les restructurations sont cruelles en termes d’emploi et les risques d’augmentation du chômage de long terme sont réels.

Ecolo a donc déposé il y a quelques semaines une proposition de résolution visant à créer un observatoire pour anticiper les restructurations, qui a été prise en considération ce mercredi et pourra donc prochainement être examinée en commission. Cette proposition de résolution demande au Gouvernement wallon de mettre en place, au sein de ses services, un observatoire visant à assurer une mission prospective d’identification des restructurations potentielles, afin d’agir le plus en amont possible et, le cas échéant, d’accompagner le plus rapidement possible les travailleurs victimes d’un licenciement collectif. L’observatoire évaluera ainsi le plus tôt possible les risques qui pèsent sur l’emploi en cas de restructurations, et pourra concevoir des pistes de solutions, afin d’éviter si possible ces restructurations, et de limiter en tout cas l’ampleur de la catastrophe sociale en cas de restructuration d’une entreprise. Le dispositif permettra également d’accélérer la procédure visant à bénéficier du soutien financier du Fonds Européen d’Ajustement à la Mondialisation (FEM), lorsque les conditions à son activation sont remplies.

Ecolo réaffirme son engagement en faveur du redéploiement économique de la Wallonie. Tant le plan Marshall 2.vert que les Alliances Emploi-Environnement constituent des dispositifs essentiels en ce sens. En parallèle de ces politiques visant à développer chez nous les emplois de demain, il convient en même temps de tout faire pour conserver et consolider les emplois d’aujourd’hui. L’évaluation des risques qui pèsent sur l’emploi et l’anticipation d’éventuelles restructurations s’inscrivent dans cette perspective.

Stéphane HAZEE
Député au Parlement wallon et au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Share This