Les militants et élus ECOLO, notamment Georges Gilkinet, député fédéral, Stéphane Hazée, député wallon, et Jean-Luc Revelard, conseiller communal, ont participé ce 8 mai 2013 à la « Marche des seaux » organisée par les travailleurs de Saint-Gobain à Auvelais. On ne peut évidemment rester indifférents à ces suppressions à répétition d’emplois et d’activités. Cette situation nécessite la mobilisation de toutes les forces politiques, sociales et économiques, au-delà des clivages !

Cette présence était d’abord et avant tout un témoignage de solidarité des Verts à l’égard de tous les travailleurs et en particulier ceux de la Basse-Sambre, durement touchée par la crise. Mais la compassion ne suffit pas. Il est de la responsabilité de tous les mandataires politiques de créer les conditions favorables à un emploi durable et de qualité pour demain. C’est l’engagement d’ECOLO à tous les niveaux.
 

Comment ne pas être interpellé par le fait qu’une entreprise qui réalise de confortables bénéfices au plan international et bénéficie d’avantages fiscaux substantiels dans notre pays décide de mettre fin à une activité économique historiquement ancrée en Basse-Sambre ? ECOLO plaide de longue date au plan européen pour l’instauration de droits sociaux et environnementaux, qui permettraient de recréer une concurrence plus loyale et équilibrée entre les pays qui respectent les droits des travailleurs et l’environnement, comme le nôtre, et ceux dans lesquels le profit rapide est le seul horizon. Au niveau fédéral, nous demandons également le conditionnement des aides publiques, notamment fiscales (intérêts notionnels), au maintien de l’emploi, histoire de décourager ce type de licenciements boursiers. Il est urgent qu’une majorité se dégage pour concrétiser ces pistes de protection de notre économie.
 

Avec le Plan Marshall 2.Vert, la Wallonie est en route vers de nouveaux horizons économiques, en activant la Recherche & Développement et en identifiant les filières du futur. Au Parlement wallon, ECOLO a interpellé à plusieurs reprises le Ministre de l’Économie au sujet de l’avancement de l’étude sur l’avenir de la filière « verre » en Wallonie. Celle-ci est en voie de finalisation. Nous espérons que les résultats de cette étude seront rendus publics le plus rapidement possible et qu’ils pourront constituer une base utile pour le maintien et le développement à moyen terme de la filière verrière dans notre Région, le cas échéant via l’identification et la mise en œuvre de nouveaux produits et de nouvelles techniques.
 

Et à côté du Verre, il nous faut identifier le plus rapidement les autres secteurs d’emploi de demain et mettre en œuvre les conditions pour les capter. Cela passe notamment par la réhabilitation et à la mise à disposition de terrains industriels aux entreprises petites et grandes qui s’inscriront dans cette dynamique, en s’appuyant à la fois sur une main d’œuvre disponible et compétente et sur l’extraordinaire réseau de communication dont bénéficie la Basse-Sambre (rail et eau, notamment).
 

La toute prochaine programmation des Fonds structurels européens doit également permettre d’investir pour le développement de l’emploi en Basse-Sambre.

Il y a un avenir pour l’emploi en Basse-Sambre, il y a en Basse-Sambre des travailleurs qui veulent travailler. A chacun de se mobiliser pour leur permettre de contribuer au bien-être de demain !

Share This