Claudio PESCAROLLO : 0494 / 908 732 ecolosambreville@yahoo.com

Lors du Conseil Communal du 22 mars 2021, nous avons choisi d’interpeller le Collège (Échevin.e.s et Bourgmestre) sur les sujets suivants:

Situation de la couverture médicale par les médecins généralistes

Tout d’abord, il y a la situation de la couverture médicale de notre commune au niveau des médecins généralistes qui suite aux dramatiques décès ces derniers mois de plusieurs d’entre eux et le départ à la retraite annoncée de plusieurs autres dans les mois à venir, laisseront un vide que l’arrivée des nouveaux praticiens ne comblera pas suffisamment.
Pour garantir que toutes les sambrevilloises et tous les sambrevillois puissent encore bénéficier à l’avenir d’un médecin de famille, nous demanderons à ce qu’une réflexion soit initiée sur la possibilité de la création d’une nouvelle maison médicale sur le territoire de Sambreville et de la manière dont la  commune peut ou doit l’encourager.

Question complète

Maison médicale

La perte récente de 3 médecins généralistes a déséquilibré l’offre et désempare une patientèle amenée à retrouver difficilement un médecin de famille.

Si nous ajoutons à cela, les prochains départs à la retraite, il apparaît clairement que l’arrivée de nouveaux praticiens sera insuffisante pour assurer un renouvellement complet.

Cette situation a amené ECOLO-Sambreville à se demander s’il ne serait pas opportun que la commune encourage la création d’une nouvelle maison médicale sur son territoire ?

Le cadre législatif wallon stipule entre autre dans son Art. 420. §1er que le Gouvernement ou son délégué peut agréer des associations qui répondent aux conditions suivantes : être constituée sous la forme d’une association sans but lucratif ou, à défaut d’initiative privée, être organisé par une autorité publique.

Est-ce qu’une réflexion en la matière peut être initiée ?

Question complète

Politique supracommunale.

Pour mieux assurer l’efficacité des services publics, le Gouvernement wallon souhaite inciter les pouvoirs locaux à développer des politiques supracommunales. Un encouragement financier spécifique est octroyé aux projets supracommunaux sélectionnés dans le cadre de cet appel à candidature. Les projets présentés visent exclusivement à animer et coordonner un territoire bien défini, vu leur capacité :

– A fédérer, à rassembler les énergies, à coordonner les besoins

– A permettre à leurs élus de s’organiser pour d’avantage d’efficacité

– A assembler des moyens financiers pour une meilleure utilisation (mutualisation de projets, marchés conjoints).

Dans ce cadre, le BEP a pris l’initiative d’inviter les communes associées dans la zone de secours « Val de Sambre » pour réfléchir à la question. Il apparaît que 3 d’entre-elles ne se sont pas montrées intéressées. Or comme le projet de la Région wallonne précise qu’il faut minimum 5 communes associées, Sambreville se retrouve exclue.

Si aujourd’hui le budget dégagé est limité, il devrait probablement en être autrement dans le futur.

ECOLO-Sambreville déplore le manque de vision et de stratégie qui laisse notre zone dans une sorte de non man’s land entre deux bassin de vie que sont Charleroi et Namur.

Pouvez-vous nous faire part de la position du collège, nous indiquer si toutes les portes sont fermées et si éventuellement d’autres pistes sont envisageables ?

Politique supracommunale

Pour mieux assurer l’efficacité des services publics, le Gouvernement wallon souhaite inciter les pouvoirs locaux (les communes) à développer des politiques supracommunales sur un territoire bien défini qui regroupe au minimum 5 communes et 50.000 habitants.
La supracommunalité , c’est réunir les forces de plusieurs communes pour être plus forts en rassemblant les ressources et en mutualisant les besoins, les projets et les marchés.
Des aides financières spécifiques seront octroyées aux projets supracommunaux qui visent exclusivement à animer et coordonner ce territoire bien défini. (pour rappel de 5 communes)
La première approche proposée par le BEP (Bureau Economique de la Province) était de prendre contact avec les communes de notre zone de secours – Val de Sambre –  qui regroupe les communes de Sombreffe, Jemeppe sur Sambre, Sambreville, Floreffe, Fosses la ville et Mettet avec qui nous avons l’habitude de travailler.
Malheureusement, sur ces 6 communes, pour des raisons qui leur sont propres, 3 ne se sont pas montrées intéressées, nous laissant dans un no man’s land entre deux bassins de vie que sont Charleroi et Namur, nous privant en conséquent de ressources financières à venir.
Nous demanderons quelle est la position du collège et de nous indiquer si toutes les portes sont fermées et si éventuellement d’autres pistes sont envisageables…

Situation des accueillantes et des structures d’accueil, et quoi???

En octobre 2020 nous tirions la sonnette d’alarme, en février 2021, nous interrogions le collège demandant un soutien pour les accueillantes et les structures d’accueil suite à la décision du BEP d’interdire le dépôt des langes dans les déchets biodégradables à partir du 1er janvier 2021 créant des surcoûts qui mettent les accueillantes et des structures d’accueil en difficulté financière.

Malgré la promesse du collège de revenir vers nous avec une proposition répondant aux attentes des un.e.s et des autres, nous n’avons toujours rien vu venir.

Vu l’urgence pour les personnes concernées, nous profiterons de notre droit de questionner le Collège qui n’a pas mis le point à l’ordre du jour pour lui rappeler cette promesse et lui demander enfin une réponse concrète en espérant que notre 3ème intervention sur le sujet sera enfin entendue.

On ne lâche pas l’affaire.

Question complète

Situation des accueillantes et des structures d’accueil.

En réponse à ma question orale demandant un soutien pour les accueillantes et les structures d’accueil le mois dernier suite à la décision du BEP d’interdire le dépôt des langes dans les déchets biodégradables à partir du 1er janvier 2021 (question qu’entre parenthèses, j’avais déjà formulée ici-même en octobre dernier et à laquelle l’échevine qui vous précédait sur le sujet m’avait assuré du suivi) vous me signaliez que le Collège entendait bien revenir vers moi à l’occasion du prochain conseil communal avec une proposition répondant aux attentes des uns et des autres.

Le point n’étant pas à l’ordre du jour, je réitère une fois encore ma demande espérant enfin recevoir une réponse concrète.

Pouvez-vous me préciser où en sont les réflexions du Collège sur ce dossier ?

Nous vous tiendrons bien entendu informés des différentes réponses qui nous auront été données.

Share This